La récolte du café en grains

La cueillette

Lors de la récolte, 4 méthodes de cueillette sont pratiquées celles-ci influant notablement, sur la qualité finale :
pour que les grains soient au summum de leur parfum, il est impératif que la cerise soit mûre. En dessous ou en deçà de ce degré de maturité, les fèves communiqueront un goût désagréable au café (amertume, âcreté).

Streeping 
Le rameau de caféier est tenu de la main gauche, tandis que la main droite coulisse le long arrachant au passage, fruits verts, fruits rouges ou sur matures.

 

Le Peigne
Principe du streeping, mais un peigne souple aux dents écartées remplace la main. Les fruits verts résistent et restent sur l’arbre, les fruits rouges tombent ainsi que les cerises trop mûres.

Mécanique
Cette cueillette, souvent pratiquée au Brésil où les cafés poussent en plaines, se fait à l’aide de hauts tracteurs équipés de deux grosses brosses tournant en sens inverse. Très rapide, et peu onéreuse, cette méthode arrache tout sans distinction, y compris fleurs et feuilles, compromettant du même coup, la récolte suivante.
Dans d’autres pays, les arbres sont secoués à l’aide de vibreurs ce qui endommage l’enracinement des caféiers.

Picking
PickingAvec ce mode de cueillette, seules les cerises mûres sont ramassées à la main, ce qui impose plusieurs passages au cours de l’année (Au Kenya, où la production est particulièrement soignée, il y a jusqu’à 7 passages par an). Ce type de récolte qui est de loin la meilleure qualitativement, a un coût de revient de 10 à 12 fois plus élevé que la cueillette mécanique.
Le picking (souvent exécuté par les femmes et les enfants) est pratiqué dans les meilleures caféières produisant les grands crus mondiaux.